Le Petit Coléoptère Des Ruches Aethina Tumida : Un Risque Majeur


Source fiche de l’Anses et du laboratoire européen de référence sur les maladies des abeilles.

Parmi les dangers sanitaires majeurs pour les abeilles, il en est un qui n’est pas présent en France. Pas encore… mais il cause des ravages en Calabre, où il n’a pas été éliminé malgré une décennie d’effort. Ses effets pourraient être comparables à ceux de la fausse teigne, mais sur des colonies fortes. Un rappel sur Aethina tumida, ce risque majeur nous semble donc nécessaire.

La larve est le stade le plus nuisible.

Environ 1 cm. Couleur blanc-crème. Présence de trois paires de longues pattes sur sa partie antérieure. Épines dorsales sur chaque segment. Deux épines protubérantes à l’arrière.

Les adultes mesurent de 5 à 7 mm (un tiers d’une abeille adulte). De couleur claire au début, brun à noir par la suite. Tête, thorax et abdomen sont bien séparés. Les élytres sont plus courts que son abdomen si bien que l’extrémité de l’abdomen est bien visible. Les antennes sont en forme typique en massue.

Un peu de biologie.

La femelle peut pondre 1000 à 2000 œufs dans la ruche au cours de sa vie. Il peut y avoir jusqu’à 6 cycles de reproduction par an. Les larves se nourrissent de couvain, pain d’abeille et miel. Après 15 à 60 jours de dégâts, les larves sortent et s’enterrent dans un rayon de 20 mètres, jusqu’à 30 cm de profondeur.

Après 3 à 4 semaines, les adultes émergent du sol. Ils peuvent voler sur plusieurs kilomètres (10 à 20 ?) et survivre 9 jours sans nourriture, et plusieurs mois dans des fruits. Ils survivent également dans des cadres : ne pas déplacer des ruches atteintes !

La dissémination du petit coléoptère de la ruche est favorisée par les mouvements d’abeilles, de colonies, d’essaims, de cire ou de matériel apicole.

Que faire en cas de suspicion :

Alerter instantanément la DDPP du Rhône (04 72 61 37 17), ainsi qu’un TSA du GDSA 69, pour une action immédiate. Ne pas déplacer ses ruches, mais les fermer le plus hermétiquement possible. La suite des opérations est du ressort de la DDPP.

En cas d’infestation de votre rucher, vous serez remboursé par l’État du prix de vos colonies et des pertes de production à des prix fixés équivalents à ceux du marché. Donc, n’hésitez pas à déclarer, si vous êtes atteint.

Articles similaires

X