A la recherche de ressources mellifères – La transhumance, une pratique millénaire qui devient indispensable


Par Marc Maisonnet et Alain Chevalier

Imaginée au départ pour rechercher une diversité de miels, la transhumance devient de plus en plus indispensable à la survie en bonne santé des colonies. La transhumance est quelquefois décriée et associée à du productivisme apicole, voire à de la maltraitance animale. Les reportages venus des Etats-Unis, où chaque année, les deux tiers des ruches américaines rejoignent la Californie pour polliniser les amandiers, contribuent beaucoup à cette image plutôt négative.

En réalité, la transhumance des abeilles est aussi ancienne que l’apiculture. Pratiquée à dos d’homme ou à dos de chameau, le transport de ruches est déjà évoqué sur des gravures ou dans des récits datant de l’Égypte ancienne il y a plus 2000 ans. Les Égyptiens transhumaient des ruches en terre cuite par bateau pour rechercher dans le delta du Nil une variété de miel de trèfle très prisée.

La transhumance est une véritable institution chez les apiculteurs de Roumanie.

A la recherche de la grande miellée

En Roumanie, dans le massif montagneux des Maramures, la tradition apicole de transhumance perdure. De la charrette attelée à la remorque ou au camion aménagé, tout ce qui roule permet de transhumer ses ruches à la recherche de la grande miellée. Des apiculteurs installent un campement apicole pour quelques jours ou quelques semaines. Ils vivent, extraient et vendent leur miel sur place à des acheteurs particuliers ou à des revendeurs recherchant les meilleurs crus pour leurs clients.

Face aux aléas climatiques que nous connaissons aujourd’hui, la transhumance peut être une réponse, non seulement pour de meilleures récoltes, mais aussi pour éviter les disettes estivales que nous compensons par des sirops qui ne sont pas une solution idéale pour la santé de nos abeilles. 

Une équipe de « transhumants » du syndicat témoigne

(Crédits Photos : M.MAISONNET)

Depuis quelques années, nous apiculteurs, constatons que la ressource en nectar est souvent absente pendant la période estivale. La transhumance qui se pratique pour la production de miels monofloraux (acacia, thym, châtaignier, tilleul, lavande, montagne, sapin), trouve aujourd’hui une justification de plus en plus importante avec le changement de climat. En effet, nous transhumons chaque année sur les lavandes depuis plusieurs années. Nous avons formé un petit groupe qui permet de mutualiser les moyens de transport et de permettre à nos anciens de pouvoir déplacer leurs ruches avec l’aide de bras et de conducteurs neufs, enfin presque !

Convivialité assurée ! (Crédits Photos : M.MAISONNET)

Panne interdite !

Nous nous sommes aperçus au fil du temps que les abeilles qui avaient transhumé en été passaient beaucoup mieux la période hivernale. Les corps de ruche pèsent lourd à leur retour alors que les ruches qui ont passé l’été en pleine canicule avec des ressources florales faiblissantes se sont au contraire terriblement allégées. Aussi prévoyons nous pour cette année un maximum de déplacements afin d’aller chercher le nectar où il se trouve, en Drome provençale, Jura, Haute-Loire…

Un chargement bien arrimé et un véhicule en bon état sont indispensables. (Crédits Photos : M.MAISONNET)

Évidemment, les déplacements requièrent un peu de technique et des véhicules en parfait état de fonctionnement, la panne est interdite avant d’avoir déposé les « caisses ». Par contre, nous y avons trouvé de la convivialité (casse-croûte au soleil levant ou couchant), moins de fatigue (encore que…) les conseils des anciens toujours bienvenus et pertinents, et des corps de ruches lourds au retour. Bref, je crois que nous ne renoncerions pour rien à cette belle fête nocturne ou matinale.

Si vous, amateurs, souhaitez récolter des miels monofloraux de belle provenance et faire passer un bon hivernage à vos abeilles, essayez la transhumance. Vous goûterez au bonheur d’un lever de soleil sur les champs de lavandes, ou d’un saucisson dégusté au pied des sapins.

Articles similaires

X